Comment ça commence #1 Chapitre 5

Publié le par Imaginath

Pour rappel des chapitres précédents : c'est par ici !

Helsinki, quelques jours avant la rentrée des classes...

Louise était surexcitée de prendre enfin ce poste dont elle rêvait depuis si longtemps. Elle allait transmettre son savoir, sa langue, ses origines, mais surtout elle allait découvrir une manière d’enseigner, des élèves de culture différente et elle allait donc autant apprendre d’eux qu’ils apprendraient d’elle. Elle espérait seulement que son accent français ne la ridiculiserait pas. Elle imaginait sa première journée, quand la sonnette de l’interphone la sortit de ses pensées. Mathilde avait encore oublié ses clefs ! Sans même prendre la peine de savoir qui sonnait, elle déclencha la gâche de la serrure et raccrocha l’interphone.

Quelques coups timides à la porte d’entrée lui firent comprendre que peut être que derrière l’interphone, ce n’était pas Mathilde !

Elle ouvrit prudemment en laissant la chaînette accrochée. Elle fût surprise mais ravie de découvrir le visage du jeune homme rencontré quelques jours plus tôt au salon de thé où elles aimaient prendre du bon temps et refaire le monde.

  • Antoine c’est ça ?
  • Oui c’est ça quelle mémoire ! Et toi…euh vous ? Mathilde ?
  • Et non raté, moi c’est Louise, Mathilde c’est mon amie, la locataire de cet appartement soit dit en passant mais le « tu » me va parfaitement en revanche !
  • Désolé, je savais que je ne donnerai pas le bon prénom, je suis artiste mais je ferai un piètre physio dans une boîte de nuit… Et va pour le « tu » ce sera plus simple.
  • Quel bon vent t’amène ?
  • En fait je ne m’attendais pas à me retrouver ici mais comme la porte s’est ouverte sans même que je n’aie à prononcer quoi que ce soit, je me suis permis de monter. J’ai trouvé étrange que tu ne demandes pas qui sonnait.
  • Je pensais que c’était Mathilde, elle est la spécialiste ès-oubli de clefs, tu avais besoin de quelque chose ?
  • Je voulais juste vous inviter à prendre un thé avec Mathilde. Mais ce sera pour une autre fois, j’ai enfin trouvé un hébergeur via Airbnb, je compte rester en Finlande mais le superbe hôtel aurait eu raison rapidement de mes maigres économies.                                     Louise lui proposa de s’asseoir, et de partager un thé dans son salon puisqu’il était arrivé jusqu’ici, il eût été bête de redescendre. Antoine accepta volontiers, il pensait à Bénédicte à ce moment précis et se disait qu’elle avait pas mal fait de vendre sa valise ! Louise était vraiment charmante, et surtout elle était cultivée, ouverte d’esprit, des qualités essentielles pour lui qui aimait l’art sous toutes ses formes, il peignait, sculptait, dessinait… Il ne connaissait pas encore bien la ville mais il espérait pouvoir en peindre de jolis tableaux ou y faire de beaux clichés qu’il pourrait sublimer…
  • Du sucre dans le thé ?
  • Non merci ce serait un sacrilège que de sucrer le thé !
  • Parfait je vois que tu as de bonnes manières dit Louise en riant
  • Des effluves d’un voyage au Sri Lanka où j’ai pu découvrir les fameuses plantations des thés de Ceylan et où j’ai croisé des gens magnifiques qui m’ont inculqué ces bonnes manières dont tu parles.
  • Le Sri Lanka ? Quelle chance, ce doit être une île magnifique et verdoyante !
  • C’est un endroit d’une rare beauté effectivement et les habitants donneraient ce qu’ils n’ont pas pour te satisfaire. J’espère pouvoir y retourner un jour. J’y ai fait des photos splendides.
  • J’imagine oui, je veux bien voir tes clichés si un jour j’en ai l’occasion.
  • Avec plaisir !

Le temps avait défilé sans que ni l’un ni l’autre ne se soit ennuyé une seconde, ils avaient fait plus ample connaissance. Louise appréciait la sensibilité qui émanait d’Antoine, elle se permit de lui demander de lui montrer quelques-unes de ces œuvres lors d’une prochaine rencontre. Antoine s’empressa d’accepter, il aimait la compagnie de cette femme.  Il en avait presque oublié son intention première.

La porte s’ouvrit sur une silhouette qui croulait sous les sacs en papier typiques des grandes surfaces scandinaves. Elle était passée au Prisma de Viikki et rentrait comme à son habitude, les bras chargés de victuailles.

Elle traversa le salon et posa tout son chargement sur la table de la cuisine… Elle n’avait pas vu que Louise était accompagnée et lança :

  • Putain que c’est lourd ! Tu as vu je n’ai même pas oublié mes clefs ? Je progresse, tu devrais me filer une médaille !
  • Euh Mathilde cool pour les clefs mais j’ai bien cru que tu ne les avais pas prises et du coup, nous avons un invité !
  • UN invité ? Mais qui ? Tu as demandé de l’aide au gardien pour quelque chose ?
  • Ah non pas du tout

Elle partit dans un fou rire qui inquiéta Mathilde. Antoine se mit à rire aussi. Mathilde passa la tête par l’alcôve qui séparait la cuisine du salon et sentit le rose lui monter aux joues. Qui pouvait bien investir leur salon ? Elle reconnût de suite le touriste égaré du salon de thé et s’excusa de son arrivée en fanfare !

  • Oh pardon je ne vous avais pas vu !
  • Aucun problème, je ne suis pas choqué et puis vous êtes chez vous.
  • Vous ? Mais dis donc, on se tutoie depuis une heure alors tu peux aussi tutoyer Mathilde sinon elle va encore se prendre pour une dame de la haute !
  • Louise je ne vous permets pas très chère, vous savez combien je suis attachée à mes principes : Jamais de Tu le premier soir !!!!!
  • Oui je sais mais là ça fait deux fois que l’on voit Antoine donc on peut passer au tutoiement !

Antoine les regardait incrédule, mais il ne mit pas longtemps à entendre les filles partir dans un grand éclat de rire. Il se joignit à leurs rires. Elles étaient comme ça Louise et Mathilde. Elles maniaient les mots avec dextérité et pouvaient parler comme des aristocrates coincées ou comme des charretiers des bas-fonds de Paris. Sans doute leurs études littéraires les avaient aidées et données le goût des mots.

  • Que nous valait ta visite Antoine ? S’enquit Louise.
  • Une invitation à prendre le thé en bas qui s’est transformé en un thé chez vous avec moi !
  • Quelle bonne idée, ce sera avec plaisir pour une prochaine fois. Tu nous avais dit rester quelques semaines ici ? Tu te plais à Helsinki ?
  • Oui j’aime beaucoup la ville, je pense qu’il y a beaucoup à découvrir, d’ailleurs j’ai trouvé un studio Airbnb pour trois mois, je dois rencontrer mon hébergeur demain matin. Du coup, je vais rester au moins trois mois, et essayer de vivre de quelques tableaux vendus !
  • Génial, tu nous montreras tes œuvres, je suis ici depuis plus d’un an et comme nous vivons près du Musée d’Art Contemporain, j’ai quelques amis qui seraient susceptibles d’aimer ce que tu fais… Sauf si bien sûr tu nous peins des bouquets de fleurs dans un vase ou des sabots de bois posés sur une table.

Il la rassura quant à ses modèles picturaux. Oui il aimait se laisser aller à reproduire des paysages qui le touchaient ou à la demande du client mais ce qu’il aimait c’était justement détourner le paysage en question pour le rendre tantôt morbide, tantôt féérique. Un tableau dans la tableau, un art qu’il maitrisait depuis quelques temps déjà et pour lequel il passait des nuits à esquisser des croquis.

Louise et Mathilde étaient fascinées par ce qu’Antoine racontait, elles aimaient l’art et étaient pressées de découvrir ses œuvres. Ces trois-là semblaient s’être trouvés des points communs. Ils se quittèrent en cette fin d’après-midi avec la ferme intention de se revoir rapidement.

Quand la porte fût close, les deux amies discutèrent tard encore de leur rencontre, de leur invité surprise avec qui elles avaient passé un super moment en toute simplicité, juste à parler, refaire le monde à trois comme elles aimaient tellement le faire à deux. Louise voyait en Antoine un ami, un référent artistique, peut être une source d’aide pour ses étudiants. Un artiste français à Helsinki, c’était peut-être la clef de son succès scolaire. Elle ne manquerait pas de demander à Antoine si une collaboration entre eux serait possible ?

Antoine se retourna plusieurs fois pour être sûr que l’après-midi passée était bien une réalité. Ce dernier soir à l’hôtel fût plus léger, il était plus que satisfait de sa rencontre du jour. Il avait un peu forcé le destin oui mais le compte à rebours avançait toujours, lui. Il était rassuré de savoir que sa valise ne repartirait pas de suite courir le monde, puisque Louise était là pour un an au moins.

Il s’endormit paisiblement et sa nuit fût bercée de doux rêves dans lesquels il y avait Louise, Mathilde, les fjords finlandais et au loin tout là-bas dans son tableau, une jolie valise jaune.

 

Crédit Photo : http://www.abc-apprendre.com/langues/finnois.php

Crédit Photo : http://www.abc-apprendre.com/langues/finnois.php

Publié dans Mes Ecrits

Commenter cet article

Sylvie 28/03/2016 11:22

Voilà, il a été invité à entrer.
On le sais bien: un vampire doit être invité (oui n'importe quoi je sais ! mdr).
Ravie d'avoir eue cette suite, en attendant le chapitre suivant !
Bises Nath :)