Comment ça commence #1 Chapitre 6

Publié le par Imaginath

Après quasiment un mois sans nouvelles d'Antoine, Louise, Mathilde et cie, voici venu la suite de ma petite histoire. Je suis navrée pour le laps de temps écoulé mais j'avais d'autres préoccupations. Enfin écrire me manque toujours quand je ne le fais mais on ne fait pas toujours ce que l'on veut.

Pour celles et ceux qui découvrirait le blog, les autres chapitres ainsi que la genèse de cette histoire sont disponibles dans la rubrique "Comment ça commence".

-/-/-/-

 

Antoine était content de se réveiller en ce jour particulier, puisqu’il allait rencontrer ses futurs hébergeurs, il était pressé de s’immerger dans la vie finlandaise, de découvrir de vrais habitants, même s’il avait très peur de ne pas comprendre cette langue si particulière. Enfin il apprendrait sur le tas !

Toutefois il se sentait un peu mal à l’aise, vis-à-vis de Louise et Mathilde, il était le seul à connaître la vraie raison de sa venue à Helsinki mais il ne savait pas encore comment il allait l’annoncer à Louise. Il allait devoir y réfléchir pour ne pas la vexer, et surtout ne pas l’effrayer. Comment réagirait-elle lorsqu’elle saurait qu’il la suit depuis des mois, qu’il l’épie sans un mot, qu’il sait avec qui elle a passé certaines de ses soirées, avec qui elle a pris un verre. Bref que lui sait tout d’elle sans qu’elle n’ait jamais rien su de lui ! Il sait que c’est pour une bonne raison mais il sait aussi que ce ne sont pas des manières très correctes. Il ne s’explique d’ailleurs toujours pas pourquoi il n’est pas allé voir cette femme le soir même du vide grenier pour lui dire que cette valise renfermait un document qui lui appartenait et qu’il souhaitait récupérer ?

En attendant il se dépêcha de descendre ses bagages, de délester sa carte bleue de la somme exorbitante de ses quelques nuits à l’hôtel et de ses petits déjeuners qu’il avait la flemme de prendre à l’extérieur. Il prit aussi les tableaux qu’il avait pu peindre de sa chambre, c’était sa manière à lui d’imprimer les lieux dans sa tête, de ne pas oublier un endroit, un arbre, ou un pont. Il faisait toujours un croquis des endroits qui comptaient pour lui.

Il arriva à l’adresse indiquée et découvrit une jolie maison colorée, un petit jardin sans prétention mais bien entretenu et fût accueilli par les jappements joyeux d’un petit chien tout blanc. Il sentait de bonnes ondes dans cet endroit. Il frappa à la porte et découvrit une femme d’une cinquantaine d’années, joviale, souriante qui lui tendit une main assurée.

 

Source photo : http://www.routard.com/photos/finlande/20083-maison_traditionnelle_aux_environs_du_lac_inari.htm

Source photo : http://www.routard.com/photos/finlande/20083-maison_traditionnelle_aux_environs_du_lac_inari.htm

« Hei Antoine, je… suis… Ulrikka… Entrez ! lui dit-elle dans un français hésitant.

Antoine entra en tirant sa valise derrière lui, cette maison respirait la bonne humeur, les murs étaient colorés à l’intérieur comme à l’extérieur, un feu de cheminée rendait l’atmosphère sécurisante, il se sentit bien à l’instant où il franchit la porte. Ulrikka lui expliqua qu’elle vivait ici avec son fils Heikki depuis la mort de son mari et que, désormais la maison était un peu grande depuis que sa fille Leena était partie vivre auprès de pêcheur de mari. Elle lui présenta la chambre qu’il occuperait si toutefois l’endroit lui convenait pour les trois mois à venir. Elle s’éclipsa et le laissa dans sa chambre depuis laquelle il pouvait admirer la baie maritime de Töölönlahti puisque la maison surplombait la ville.

Il n’était plus le voisin «de rue » de Louise et Mathilde mais il savait désormais où les trouver et puisqu’il avait sympathisé avec elles, l’endroit lui convenait parfaitement. La nature et la ville à deux pas, il était aux anges. Il ne lui restait plus qu’à rencontrer Heikki pour prendre sa décision finale.

Heikki entra dans la maison en lançant un « Hei » tonitruant, il embrassa sa mère et tendit la main à Antoine. La poignée de main était franche, virile et sincère. Il arrivait sans doute du travail, il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre qu’Heikki devait travailler dans le poisson ! L’odeur si reconnaissable venait d’envahir la pièce dans laquelle Heikki était entré.

« Bonjour Antoine, je suis Heikki, je vous ai parlé au téléphone hier, je suis content de vous voir ! Comme vous pouvez le voir, je rentre du boulot, je travaille sur la ferme piscicole de l’autre côté de la ville. Ceci pour finir de payer mes études et pouvoir un jour prétendre soigner mes semblables puisque je me destine à être cardiologue. Et je parle français couramment, cela vous aidera beaucoup je pense dit-il un brin moqueur.

-Enchanté de vous rencontrer, j’ai fait connaissance avec votre mère, j’attendais de vous parler pour prendre ma décision, et votre entrée magistrale me dit que je ne me suis pas trompé. Je vais donc signer ce fameux contrat si vous voulez toujours de moi pour trois mois ! J’avoue que de vous entendre parler français me rassure beaucoup, votre langue est belle mais difficile à cerner !

-Evidemment, je serai ravi de vous accueillir dans notre humble demeure, maman cuisine à merveille et s’occupera de vos affaires sans aucun risque. La seule chose que je vous demanderai sera, quand je ne serai pas là, de l’accompagner pour ses promenades quotidiennes à travers la forêt finlandaise. La forêt est certes magnifique mais elle réserve parfois aussi quelques dangers qui pourraient faire chuter maman.

-Super ! Alors là au contraire, je suis un amoureux de la nature et ce sera un plaisir pour moi que d’accompagner Ulrikka. A part découvrir la ville, peindre quelques tableaux et rencontrer des gens d’ici, je n’ai pas d’impératif pour trois mois, je peux donc partir par monts et par vaux quand elle le souhaitera »

Antoine signa le contrat de location puis sortit prendre l’air, voir les limites de son nouveau « chez-lui » et penser à ce qui était désormais son futur tout proche. Il devait trouver un moyen de dire à Louise ce que renfermait sa valise jaune.

Peu de temps après qu’il eût acheté cette valise, il avait reçu un courrier de l’étranger écrit en anglais, il l’avait lu mais c’était un tel bouleversement pour lui qu’il avait préféré se taire et attendre pour annoncer ce grand changement à Bénédicte qui ne comprendrait sans doute pas la teneur du courrier.

Il savait que le temps lui était compté, mais à la veille de partir au festival des Vieilles Charrues, il avait préféré cacher ce courrier, et pour se faire, il n’avait rien trouvé de mieux que de fabriquer une fausse poche à l’intérieur de laquelle il avait glissé la lettre qui disait :

Cher Antoine,

C’est avec regret que je dois t’annoncer que mon père Madushan nous a quitté cette semaine, il semblerait que ton nom apparaisse sur son testament. Les lois de notre pays accordent un an aux héritiers pour faire valoir leur droit. Si tu réponds à ce courrier je serai à même de te dire ce dont tu hérites. Les deux seules choses que tu dois savoir concernant les volontés de mon père sont :

-Pour hériter, tu devras être accompagné d’une femme qui t’aimera pour ce que tu es et non pour ce que tu possèdes

-Les biens dont tu vas hériter t’obligeront à vivre ici parmi nous, loin des tiens, avec l’espoir qu’ils puissent un jour te rejoindre.

Mon cher Antoine, mon frère de cœur, nous sommes très tristes de devoir faire désormais notre vie sans lui mais il était bon, il avait fait de toi son fils de cœur et nous serions ravis que tu nous rejoignes dès que possible.

Je t’embrasse affectueusement,

Howsika Shanti

Cette lettre l’avait bouleversé, mais il n’avait pas eu le cœur de répondre de suite, il n’avait pas pu non plus l’annoncer à Bénédicte. Il n’était pas marié, il n’était même pas aimé, il ne répondait donc à aucun des critères demandés par Howsika, il avait un an pour répondre, un an pour trouver l’amour aussi et un an pour réfléchir à la vie qui pourrait l’attendre là-bas au Sri Lanka, ce pays magique qu’il avait découvert au bras de Madushan, ce vieil homme si pauvre en apparence mais dont la richesse de cœur égalait toutes les richesses du monde.

Il avait alors caché cette fameuse lettre et n’avait donc pas encore répondu. Il devait absolument la récupérer s’il voulait répondre, l’adresse se trouvait écrite dans la lettre et nulle part ailleurs.

Il était tard, quand il décida de rentrer chez Ulrikka et Heikki, il allait passer sa première soirée chez ses hôtes, il passa donc par le fleuriste pour les remercier de leur hospitalité.

En sortant de la boutique de fleurs, son téléphone afficha :

« Coucou, j’espère que ton installation s’est bien passée. A bientôt. Louise. »

Il répondit d’un oui timide et rentra chez lui.

Il était quand même très touché par le message qu’il venait de recevoir. Louise était vraiment sympa.

Il entra chez Ulrikka, la table était dressée, ils s’installèrent autour d’un bon repas et se racontèrent leurs vies, même si Antoine ne dévoila pas les vraies raisons de sa présence dans leur beau pays.

La suite bientôt, c'est promis....
Nathalie

Publié dans Mes Ecrits

Commenter cet article

Nathalie 03/01/2017 18:28

Il y a déjà plusieurs mois que je n'ai pas repris le chemin de l'écriture par manque d'envie et pour cause de soucis personnels qui m'occupaient l'esprit de manière négative.
Je fourmille d'idées, il me juste les coucher sur le clavier.
Je vous promets la suite des aventures de Louise et Antoine au plus vite... Ils ont eu le temps de faire connaissance depuis lol !
Belle soirée
Nathalie

Sylvie 03/01/2017 18:31

Alors je dis à nouveau ....
CooooooooL !!
Mdr

Sylvie 21/04/2016 18:36

CooooooooooooL !
Merci et à bientôt :)