Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Gazouillis de Nathalie !

Vivre pour le meilleur.... et partager !

Handball, j'adore !

Bonsoir,

En discutant sur Facebook sur le fait que le Mondial de Handball qui se déroule en France et qui est quand même le sport collectif sur lequel les équipes nationales sont les plus titrées, et en râlant après nos chaînes de télévision parce que rien n'avait été retransmis depuis le 11 janvier, début du mondial (quand même), je me suis dit que je ne vous avais jamais parlé de mon amour de ce sport qui m'a valu aussi quelques déboires.

En 1987, j'étais donc en 5ème et mes deux meilleurs amis jouaient au HandBall quand d'autres faisaient du foot ! J'aimais beaucoup plus l'un des deux que l'autre et je saurai après que lui aussi m'aimait bien lol ! C'est donc tout naturellement et sans arrière pensée que je fus invitée à assister à un match de hand dans le village où ils jouaient avec toute la bande de copains que je connaissais déjà...

J'ai ce jour-là découvert un sport (et un garçon), et je ne quitterai plus les deux pendant deux ans ! Nous ne serons pas amoureux (enfin pas officiellement) mais nous serons les meilleurs amis du monde, les inséparables, il connaîtra ma vie et moi la sienne. Nico sans Nath ou Nath sans Nico impossible à l'époque ! Et je viendrai donc à chaque match supporter cette équipe et mon ami bien sûr !

La saison terminée, l'entraîneur me voyant assidue me proposera d'intégrer l'équipe (mixte à l'époque) et donc de devenir membre à part entière de ce groupe que j'ai applaudi pendant toute l'année. Après consultation de mes parents, la licence sera validée et j'intégrerai l'équipe durant deux ans. 

Deux années merveilleuses où non seulement je pratiquerai un sport que j'adore, entourée de copains, avec une ambiance de folie lors des matchs mais pas que ! Tant et si bien que les entraînements se feront bien sûr dans le gymnase aux heures données mais aussi sur le stade de foot, sur le parking de l'église, celui de la gare ou encore près des étangs ! Et les deux heures hebdomadaires se transformeront vite en 4 heures puis 6 h et jusqu'à 8 ou 10 heures quand nous avions match le dimanche. Autant vous dire que nous n'en avons pas perdu beaucoup cette année-là.

L'année suivante donc en 1990 sera l'année "charnière", un club ouvrira dans mon village et je l'intégrerai donc d'office et nos chemins amicaux se distendront quelque peu du fait de nos choix d'orientation scolaire et de lycée qui seront radicalement différents. Et puis le premier drame de ma vie de sportive, sans conséquence mais drame quand même : de coéquipier, nous deviendrons adversaires le temps des matchs pour mieux nous retrouver lors de troisième mi temps à l'ambiance détendue et bon enfant ! Je jouerai dans ce club trois ans jusqu'en 1993, l'année où je vivrai l'autre drame de ce sport : la défaillance de mon genou gauche bien trop sollicité, sur lequel je devrai subir ma première opération pour ré-axer la rotule qui n'a pas beaucoup aimé les impacts répétés que demandent ce sport sympa en apparence mais hyper violent pour les articulations. Le couperet tombera en mars 1993 : le handball ne sera dès lors plus qu'un rêve inachevé, j'avais 18 ans tout pile et moi qui aurait aimé poursuivre dans ce sport et peut être même en faire un métier, une vocation, c'en était terminé... 

Alors quand le président, tout aussi peiné que moi m'a proposé de devenir entraîneur des petits qui débutaient, aidée d'un des piliers de l'équipe sénior, j'ai accepté bien sûr... Ainsi chaque mardi soir et chaque jeudi soir, j'essayais de transmettre ce que j'avais appris techniquement parlant mais j'essayais surtout de leur donner la passion de ce sport, l'envie de se dépasser pour son équipe, pour son maillot quoi ! Les dimanches sur le banc à hurler "Montez Montez.... Noooooooooooooooooooooooooon en défense bon sang... Allez Allez motivés les loulous Alleeeeeeeeeeeeeeeeez" 

Je suis arrivée plusieurs au lycée le lundi complètement aphone mais bon j'avais vécu ma passion comme je l'entendais... 

J'ai à cette époque vu tous les matchs de l'équipe de France, rencontré Jackson Richardson à Bercy et serré la main de Daniel Costantini, et aussi serré dans mes bras le grand Stéphane Stoecklin lors d'un Bercy aussi... Mon seul regret ne pas avoir pu voir d'aussi près le grand Thierry Omeyer, toujours en activité et irremplaçable gardien de but de notre belle équipe... Les Bronzés, Barjots, les Costauds, les Experts, je les ai tous suivis et je les suis encore.

Je suis restée à entraîner les petits pendant quatre ans, jusqu'en 1997, j'ai aussi été secrétaire du club.... De vrais beaux moments vécus en collectivité... 

Et puis, la vie professionnelle aidant, j'ai dû déménager pour habiter à 25 kilomètres de mon village, bosser sur 3 x 8 donc avec des après midi où je ne pouvais pas venir.... Et puis 50 kilomètres deux fois par semaine, quand on ne gagne pas grand chose, c'est vite rédhibitoire ! J'ai donc dû malgré moi donner ma démission des postes occupés bénévolement bien entendu. Le club a perduré encore deux ans puis a définitivement fermé ses portes, les meilleurs étaient partis sans doute, appelés eux-aussi par leurs vies professionnelles ou amoureuses !

Et depuis lors, je ne manque jamais un match de hand à la télé, je crie, je peste, je râle et insulte l'arbitre devant mon mari qui se moque ou se prend la tête dans les mains... Je vis le match comme si j'étais sur le parquet... Et cette passion ne m'a jamais quitté, et ça fait 30 ans que ça dure... 

Un autre petit bout de moi... Comme ça... 

Belle soirée

Nathalie

Photo archive FFH

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Nath (Les Gazouillis de Nathalie)


Voir le profil de Nath (Les Gazouillis de Nathalie) sur le portail Overblog

Commenter cet article

sylvie 23/01/2017 20:54

Pour me faire lire un article concernant le handball jusqu'au bout, c'est que tu en es un sacré bon de bout té !

Sacré genou gauche.... moi j'ai fait épanchement de synovie aux deux rotules en même temps. Je mettrai ça sur le dos de l'équitation, comme toi sur le dos du handball.
Des bisous, encore !

Nathalie Kleczinski 25/01/2017 07:49

J'aurai aimé continuer évidemment ... Pas d'épanchement pour moi mais bon transposition rotulienne, peignage tendon, ménisque.. Finalement alors que le gauche m'avait gêné en premier, c'est le droit qui attend d'être réparé !
Bisous Bonne journée ma licorne